Immigration: le développement du Sud plutôt que la ruine du Nord

Comme souvent, il convient de traiter les causes pour ne plus avoir à gaspiller des fortunes à essayer de faire face aux conséquences. Une maxime militaire indique l’état d’esprit qui permet d’agir dans ce sens : « Ne pas subir »

Jacques Bichot

Article publié le 10 juillet 2017 sur Causeur Lien : https://www.causeur.fr/immigration-economie-migrants-cout-145422

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Le piège hollandais

François Martin

Le grand axe de partage politique, en France et aussi à l’étranger, se situe aujourd’hui entre progressisme et conservatisme[1]. Pendant longtemps, le progressisme a eu, comme on dit, « la cote ». A cela, une raison principale : après les années de conflits mondiaux perçus comme des guerres nationales, puis l’opposition URSS/USA de la guerre froide, les « détentes » successives (reconstruction, 30 Glorieuses, puis chute de l’URSS) ont fait croire que les tensions étaient finies pour longtemps. Le progressisme, dans ses différentes formulations, culturelle, familiale et sexuelle, ou économique, était en phase, en occident, avec les aspirations inhérentes à cette longue période de paix[2]. Contre-culture et mouvement hippie aux USA, mouvement soixante-huitard en France, ayant un côté « anarchiste » et « anti-autorité » plutôt sympathique, libération sexuelle et remise en cause du modèle familial, ouverture au monde et à d’autres cultures, liberté économique, etc…, le progressisme moderne a  « surfé » sur la vague de la mondialisation avec beaucoup de succès. Il a su accaparer, dans de nombreux pays, le pouvoir politique, culturel, médiatique et économique. 

Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Potemkine, village mondial

François Martin

Le spectacle est pathétique : tout sourires, les élites nous promettent la « mondialisation heureuse ». Ils s’agitent, ils chantent, toujours plus fort, le catéchisme mondialiste, et l’avènement pour bientôt du paradis sur terre, alors même que, l’une après l’autre, les façades de carton du village mondial sont en train de tomber. La guerre idéologique va durer, mais le mensonge n’en a plus pour longtemps : ces élites mondialistes ne veulent ni le bien des peuples, ni leur liberté, ni la paix mondiale. Ils veulent le pouvoir, un pouvoir mondial et hégémonique, et rien de plus. Et nous, nous ne voulons pas de leur domination. Au moins, sur ce point, les choses seront claires.

Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Sauver la gouvernance mondiale, est-ce la bonne réponse ?

Palais des Nations, Genève

CC BY-NC-ND United Nations Photo

Article paru sur LibertePolitique.com le 17 février 2012. Article rédigé d’après la conférence donnée au colloque du 11 février organisée par la Fondation de service politique et l’Association des Economiste Catholiques sur le thème « crise économique, crise politique, crise morale ».

François Martin

La mondialisation bouscule l’ordre ancien. Les structures existantes ne résistent pas aux coups de boutoirs réguliers de la spéculation, avec les « crises » qui s’ensuivent, et les conséquences sur nos niveaux de vie. D’où l’angoisse de l’opinion et ces attentes. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Islamisme : naïveté et maladresse de l’Occident

Article paru sur LibertePolitique.com le 13 octobre 2012

François Martin

Parmi les nombreux intellectuels qui tentent de mettre en garde les opinions occidentales contre leurs erreurs d’appréciation par rapport à l’islamisme, et le piège dans lequel nos peuples s’enferment en ce moment peu à peu, le Père Henri Boulad n’est pas le moindre. Jésuite égyptien né à Alexandrie, ancien professeur de théologie au Caire et ancien provincial des Jésuites du Proche Orient, il a écrit une trentaine de livres. Il a écrit au Pape Benoît XVI en 2009, pour demander rien moins qu’une réforme théologique et catéchétique, une réforme pastorale et un renouveau spirituel. Très au fait des questions de l’islam évidemment, il est aussi sensible au dialogue des religions et aux aspirations des peuples qu’il est critique vis-à-vis des fondamentalismes religieux. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Manifestations salafistes au Proche Orient : non, ce n’est pas de l’indignation

Article paru sur LibertePolitique.com le 27 septembre 2012

François Martin

La presse a longuement commenté les manifestations « salafistes » qui se sont produites concomitamment en Libye, en Tunisie, en Égypte, en Irak et même au Bangladesh. Pour la plupart, les articles de journaux ou autres reportages TV s’étalaient sous le titre « Vagues d’indignation suite à un pamphlet anti-islam », ou d’autres semblables. Cette approche des événements nous paraît impropre, et ces raisonnements relever, plus encore que de la simplification, du contresens. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Israël / Iran : Pas facile à lire, le dessous des cartes !

Article paru sur LibertePolitique.com le 7 septembre 2012

François Martin

Attaquera, attaquera pas ? Depuis plusieurs mois, toile, journaux, experts, chancelleries et hommes politiques bruissent de rumeurs sur ce conflit. Militaire ? Pas certain. Médiatique ? Sûrement. Qu’y a-t-il de vrai dans cette affaire, où les stratégies d’influence, d’intimidation et d’intoxication sont une part importante de la réalité du conflit ? Tentons d’y voir un peu clair. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Tunisie : Encore un effort

Article paru sur LibertePolitique.com le 24 août 2012

François Martin

La situation tunisienne reste aujourd’hui encore très imprévisible, même si certains aspects sont malgré tout positifs [1]. Le premier d’entre eux, c’est que la catastrophe annoncée ne s’est pas produite. En effet, si l’on s’en souvient, après la victoire écrasante du parti Ennahda aux élections de la Constituante, le 23 Octobre 2011, tous les observateurs avaient prédit un basculement irrémédiable du régime tunisien dans l’hiver islamiste. Ce basculement ne s’est pas confirmé. Malgré de fortes pressions [2], la société tunisienne tient toujours. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Tunisie : le congrès d’Ennahda

Article paru sur LibertePolitique.com le 20 juillet 2012

François Martin

Le Congrès du Parti islamiste Ennahda vient de s’achever avec, d’après la presse française, un « choix du pouvoir avant l’idéologie ». Dire cela, c’est vraiment raisonner comme des européens cartésiens et dogmatiques, et bien mal connaître la mentalité des pays arabes, et aussi l’islam. En effet, le Président du parti Rached Ghannouchi a parfaitement choisi le pouvoir et l’idéologie, ou plutôt, une stratégie consistant à garder le pouvoir pour imposer l’idéologie. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn