FAKE NEWS OU FAKE LAWS ?

Les fake news, colportées jadis par le bouche à oreille, et aujourd’hui par les media sociaux, sont un fléau. L’accroissement du sens moral qui en réduirait la production serait le bienvenu, mais ne serait-il pas plus productif de centrer l’action du législateur sur la purification de ce dont il est directement responsable, à savoir la loi elle-même.

Jacques Bichot

Article publié le 13 juin 2018 sur L’Incorrect Lien : https://lincorrect.org/fake-news-ou-fake-laws/

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

ZAD UNIVERSITAIRES ET NDDL : RESTAURER L’ORDRE !

Dans la même page du Figaro du 29 mai 2018 figurent deux articles dont la proximité a du sens : elle montre la façon très différente dont est traité le recours à la force selon que ceux qui l’utilisent sont en quelque sorte des professionnels de l’illégalité et de la violence, ou des personnes respectueuses de l’ordre et de la loi qui agissent comme des amateurs.

Jacques Bichot

Article publié le 31 mai 2018 sur L’Incorrect Lien : https://lincorrect.org/zad-universitaires-et-nddl-restaurer-lordre/

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

POLICE, JUSTICE, PRISON : QUE FAIRE ?

Le récent mouvement de contestation de leurs conditions de travail auquel ont participé bon nombre de gardiens de prison a été traité, comme souvent, avec des tranquillisants, au lieu de chercher l’origine du problème et les remèdes appropriés.

Jacques Bichot

Article publié le 16 février 2018 sur L’Incorrect Lien : https://lincorrect.org/police-justice-prison-faire/

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

GOUVERNER, C’EST AUSSI SANCTIONNER

Des centaines de millions d’euros ont été gaspillés, des affrontements ridicules ont eu lieu, des tribunaux ont été stupidement engorgés (plus de 100 procès perdus par les opposants, qui au final ont gagné politiquement), et l’impunité des hors-la-loi s’est étalée au grand jour, contribution supplémentaire à la déshérence de l’autorité dont souffre notre pays, et particulièrement ses banlieues.  Je ne suis pas compétent pour dire si ce nouvel aéroport aurait été ou non vraiment utile et rentable, mais que la réponse soit oui ou non il est un fait certain : la conduite de projet a été lamentable. Alors, quels sont les responsables de ce fiasco, et comment les a-t-on sanctionnés ?

Jacques Bichot

Article publié le 22 janvier sur L’Incorrect Lien : https://lincorrect.org/gouverner-cest-sanctionner/

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Les conséquences dramatiques de la lenteur de la justice en France

Une action en responsabilité de l’État, relative à la lenteur avec laquelle le tribunal de Bobigny statuait dans des « affaires familiales », a été lancée fin 2014 par 27 habitants de la Seine-Saint-Denis. Comme s’il fallait apporter un exemple supplémentaire de lenteur de la justice française, le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, chargé de dire le droit dans cette affaire, a enfin consacré une audience à ce contentieux, et annoncé que ses décisions seraient rendues le 9 octobre – soit environ 3 ans après le début de la procédure.

Jacques Bichot

Article publié le 14  septembre 2017 sur Causeur Lien : https://www.causeur.fr/consequences-lenteur-justice-france-enfants-146689

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

Affaire Fillon: une bronca contre un candidat, plus jamais ça!

L’épisode Fillon n’est donc nullement une « surprise », mais bien la suite d’un long et ancien programme, dans ce processus de désagrégation de l’Etat, visant à consolider aujourd’hui le pouvoir des élites et à marginaliser le peuple, la « France périphérique » chère à Christophe Guilluy. Et c’est cet Etat qui a aujourd’hui perdu, quel que soit le résultat du 7 Mai, une grande bataille. Certainement, une étape a été franchie vers une certaine forme de « totalitarisme démocratique ». Nous ne devons pas nous laisser leurrer. Nous devons décoder cette évolution et la dénoncer fortement.

François Martin

Article publié le 26 avril 2017 sur Causeur. Lien : http://www.causeur.fr/affaire-fillon-medias-justice-presidentielle-43994.html

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

La justice est trop lente en France

Chacun le sait et le déplore : l’institution judiciaire, engorgée, met beaucoup trop longtemps à rendre son verdict dans une grande proportion des causes qui lui sont soumises. En particulier, la répression de la petite et moyenne délinquance serait nettement plus efficace si la sanction survenait très rapidement : un adolescent, par exemple, qui n’est jugé et puni que plusieurs mois – et parfois des années – après la commission du ou des délits qu’il a commis conserve un sentiment d’impunité, alors qu’une sanction très rapide l’aurait conduit à comprendre la gravité de ses agissements.

Jacques Bichot

Article publié le 30 mars 2017 sur Causeur. Lien : http://www.causeur.fr/justice-france-lenteur-droits-hommes-43498.html

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn

La justice pénale sur la pente d’une mort clinique

Palais de justice de Sarlat

CC BY-NC-ND Paucal (Flickr)

Article rédigé en octobre 2006 pour être publié sur le site « libertepolitique.com ». Je crains qu’il n’ait pas pris une ride. Le cri d’alarme lancé par le nouveau ministre de la justice au cours de l’hiver 2016 est là pour le confirmer. Bien plus, la situation s’est aggravée parce que la source des maux, loin d’avoir été tarie, a grossi démesurément. Une question d’urgence absolue est donc là, qui touche aux fondements même du lien social.

François de Lacoste Lareymondie

A raison d’une réforme de la procédure pénale tous les dix-huit mois, l’actuel gouvernement n’a pas ralenti la moyenne enregistrée depuis vingt-cinq ans. Symptôme d’un mal profond qui gangrène la société française et s’aggrave d’année en année. La France a mal à sa justice, c’est un fait ; elle se soigne avec des placébos, c’en est un autre non moins avéré. Lire plus …

TwitterGoogle+FacebookLinkedIn